octobre 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
  • Les chiffres clés de la justice – Édition 2021 jeudi 21 octobre 2021
    Ce fascicule rassemble les chiffres essentiels sur l'activité et les moyens du ministère de la Justice.Vous y trouverez les informations essentielles sur les grands thèmes de la Justice :  justice civile, justice pénale, justice des mineurs, admin... […]
  • La peine de mort, une histoire pénitentiaire lundi 18 octobre 2021
    Il y a 40 ans, le 9 octobre 1981, la loi portant abolition de la peine de mort portée par Robert Badinter était promulguée. Un anniversaire qui permet de se souvenir que l'histoire de la peine de mort et l'histoire pénitentiaire sont intimement liées c... […]

OVH : tout savoir sur le géant français du Cloud Computing

OVH est le géant français du Cloud Computing et de l’hébergement web. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette entreprise et sur ses différentes offres Cloud.

À l’échelle mondiale, le marché du Cloud Computing est largement dominé par les entreprises américaines Amazon Web Services, Microsoft Azure, Google Cloud, et IBM. Cependant, un irréductible français résiste, encore et toujours : OVH.

OVH : qu’est-ce que c’est ?

ovh data centers

Fondé à Paris en 1999 par Octave Klaba, OVH est une entreprise française dédiée à l’hébergement web et au Cloud Computing. Bien qu’encore méconnu à l’internationale pour le moment, OVH est le leader français et européen du Cloud.

La firme gère et maintient 32 Data Centers répartis sur 19 pays, pour un total de 400 000 serveurs également conçus et assemblés par ses soins. Elle y héberge 18 millions d’applications web, et plusieurs centaines de milliers d’instances Cloud par mois.

La plupart des Data Centers sont basés en Europe, et principalement en France avec 8 centres à Roubaix, 4 à Strasbourg et 2 à Gravelines où ont aussi été déplacés les serveurs des centres parisiens désormais fermés. C’est pourquoi il s’agit d’un excellent choix de fournisseur Cloud si vous souhaitez profiter des multiples avantages liés à la proximité des serveurs : performances, conformité, sécurité, qualité du service client…

Cependant, depuis 2017, OVH affiche sa volonté de devenir l’un des leaders mondiaux du Cloud. Cette expansion internationale se traduit par la mise en place de 6 Data Centers au Québec, 1 à Vint Hill, aux États-Unis, 2 à Sydney et 1 à Singapour. Début 2021, la capacité a doublé à Singapour.

OVH totalise 1 600 000 clients répartis sur 140 pays, parmi lesquels 14 des 40 sociétés du CAC 40 et 35 des 100 plus gros sites de e-commerce français. Depuis 1999, OVHCloud a produit plus de 1,1 million de serveurs. L’entreprise compte 2400 employés dans le monde, et 400 000 serveurs en production.

Quelles sont les différentes offres Cloud d’OVH ?

Par le passé, OVH était connu pour son service de stockage Cloud intitulé ” hubiC “ comparable à Dropbox et lancé en 2011. Cependant, en mai 2018, face à une concurrence de plus en plus rude, la firme a décidé de cesser le développement de ce service et de le fermer aux nouvelles inscriptions.

Désormais, OVH se focalise sur sa principale activité : fournir des services Cloud aux développeurs, aux entreprises tech et aux professionnels de tous les secteurs.

Les serveurs dédiés

Les différentes gammes de serveurs dédiés professionnels permettent aux clients de profiter des capacités d’un serveur performant à distance par le biais du Cloud. Les serveurs dédiés de la firme sont répartis sur un total de six gammes, et leur prix va de 59,99 euros par mois pour le nouveau Rise 1 à plus de 1600 euros par mois pour les plus haut de gamme. En fonction de leurs besoins en termes de performances et de leurs cas d’usage, les clients peuvent choisir la solution qui leur convient.

Scale et High Grade : deux nouvelles gammes de serveurs dédiés aux performances de pointe

Début 2021, OVHCloud lance deux nouvelles gammes de serveurs dédiés : Scale et High Grade. Destinées aux grandes entreprises, ces machines délivrent une haute capacité de bande passante et une disponibilité maximale pour les workloads les plus critiques. Ils seront disponibles en Europe, aux États-Unis et au Canada.

Ces serveurs dédiés sont optimisés pour les tâches les plus intensives, comme le stockage défini par logiciel (SDS), les infrastructures hyperconvergées (HCI), le Big Data, l’archivage, la virtualisation, l’orchestration ou la conteneurisation.

Les machines sont équipées de processeurs AMD Epyc et Intel Xeon Gold. On retrouve par ailleurs la technologie d’agrégation de lien d’OVHcloud, combinant les interfaces réseau de chaque serveur pour maximiser la disponibilité et isoler les serveurs des menaces extérieures. Une disponibilité de 99,99% est assurée.

La gamme Scale regroupe six serveurs avec une bande passante de 25Gbps. La gamme High-Grade compte dix serveurs et une bande passante de 50Gbps au maximum.

Les serveurs privés virtuels (VPS)

Les serveurs privés virtuels (VPS), quant à eux, sont répartis en trois catégories. Le VPS SSD est le plus abordable, avec un prix de 3,59 euros par mois. Le VPS Cloud, qui permet de profiter d’une disponibilité garantie, est proposé pour 9,59 euros par mois. Pour le même tarif, il est possible d’opter le VPS Cloud RAM offrant davantage de mémoire vive.

Les utilisateurs peuvent ajouter à leurs serveurs virtuels de l’espace de stockage ou des ressources supplémentaires à volonté en quelques clics seulement. Ces VPS sont fournis avec plusieurs services, dont les principales distributions et panneaux de gestion web, la protection Anti-DDOS, le manager simplifié et l’API OVH.

Le Cloud public OVH

Sur son Cloud public, OVH propose un service de machines virtuelles ainsi qu’un service de stockage. Ce Cloud public est basé sur OpenStack, une technologie ouverte et standard qui garantit la réversibilité. Cela signifie qu’il est possible d’utiliser la même API, mettre après un changement de fournisseur.

Avec le service d’instances de serveurs virtuels, les utilisateurs peuvent déployer en moins d’une minute des VM pour profiter de la puissance de CPU, de la RAM et de la capacité de stockage dont ils ont besoin. L’utilisation est facturée à l’heure, et il est possible d’ajouter des ressources sans réinstallation.

En plus de cette flexibilité, les instances Cloud public OVH se distinguent par une haute disponibilité, une simplicité d’utilisation, et une portabilité grâce à sa base open source. La sécurité des données est également assurée. En outre, les utilisateurs peuvent profiter d’un large catalogue d’applications Cloud préinstallées.

Ces machines virtuelles peuvent être utilisées pour de multiples cas d’usage tels que la migration d’une application vers le Cloud, la gestion des montées en charge, ou encore l’accélération des analyses Big Data.

En ce qui concerne le stockage Cloud, OVH propose une offre de stockage objet, basée sur OpenStack Swift, et de l’archivage Cloud à long terme. Les utilisateurs peuvent ajouter des disques additionnels à volonté. Les volumes classiques (0,04€ HT par mois et par Go) garantissent des performances d’au moins 200 opérations d’entrée / sortie par seconde, tandis que les volumes ” high speed ” (0,08€ HT par mois et par Go) peuvent aller jusqu’à 3000 opérations par seconde.

Le Cloud privé d’OVH

Pour les entreprises aux besoins plus importants, OVH propose également son Cloud privé ” Private Cloud “. Celui-ci permet de profiter de la même flexibilité qu’avec les machines virtuelles du Cloud public, à l’échelle d’un Data Center entier. En effet, les utilisateurs de cette solution profitent d’une infrastructure hardware est 100% dédiée.

L’infrastructure matérielle est virtualisée via la technologie VMware, et OVH se charge intégralement de la gestion. Ainsi, les utilisateurs sont en mesure de créer autant de machines virtuelles qu’ils le souhaitent via l’interface vSphere.

Le ” Software Defined Datacenter ” (SDDC) combine les avantages de l’hébergement sur site à ceux du Cloud Computing. Chaque pack SDDC est composé de deux hosts équipés de processeurs Intel, et deux datastores pour entreposer les disques de stockage.

Les tarifs vont de 567 euros par mois pour le pack SDDC 16, à 1297 euros par mois pour le pack SDDC 64 offrant davantage de coeurs et de processeurs. Pour les applications les plus exigeantes, il est aussi possible d’opter pour l’offre de stockage défini logiciel haute performance SDDC vSAN basée sur une architecture full flash NVMe.

De nombreux services sont inclus avec le Private Cloud OVH : vRack, Anti-DDoS, vScope, OVH Academy, ou encore NSX. Les utilisateurs peuvent aussi choisir parmi différents services optionnels comme les Images & Licences, le Veeam Backup, les adresses IP, ou OVHCloud Connect.

OVH Hosted Private Cloud

En septembre 2021, après certification de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) en juillet, OVH Cloud a enfin commercialisé sa solution de cloud privée Hosted Private Cloud.

Dans un premier temps, cette solution n’est proposée que dans deux Data Centers : Roubaix et Strasbourg. Cette offre devrait toutefois s’étendre rapidement à d’autres centres de données, et donc être disponible dans toute l’Europe.

Ce Cloud privé est disponible dès à présent pour les organisations publiques et parapubliques, ainsi qu’aux entreprises stratégiques comme les Opérateurs d’Importance Vitale. Ces organisations pourront profiter d’une prestation haut de gamme et sécurisée, avec notamment le label SecNumCloud.

Ce label garantit la protection des données. Toutefois, il devrait être remplacé prochainement par le nouveau label ” Cloud de Confiance “ cumulant les critères du SecNumCloud et ceux énoncés par les nouvelles normes européennes ” European Cybersecurity Certification Scheme for Cloud Services “.

Les offres IA et Big Data

Depuis 2020, OVHcloud propose un outil dédié au traitement et à l’analyse de données : Data Processing. Ce service Cloud est basé sur le framework open source Apache Spark. Il permet aux utilisateurs de simplifier et d’accélérer les tâches de traitement Big Data en exploitant les GPU des serveurs Cloud d’OVH, avec une facturation à l’usage. Le déploiement et l’exécution des traitements sont gérés par la solution.

Cet outil est né en interne, pour répondre aux besoins d’OVH en matière de Big Data. Avec plus de 2200 collaborateurs, il était difficile pour l’entreprise de maîtriser tout son pipeline de données dispersées entre de nombreuses équipes.

Il s’agit pourtant d’une condition indispensable pour permettre aux experts en Data Science d’exploiter les données rapidement, efficacement et à moindre coût. La firme a donc appris à opérer les outils Big Data et IA. Forte de cette expertise, elle a ensuite développé son outil Data Processing afin d’en faire profiter ses nombreux clients confrontés aux mêmes défis.

En 2021, OVHCloud a aussi lancé le service AI Training dédié à l’entraînement de modèles d’intelligence artificielle sur le Cloud. Les utilisateurs Data Scientists peuvent entraîner leurs modèles IA en toute simplicité, en exploitant la puissance des GPU d’OVH et sans se soucier du fonctionnement de l’infrastructure.

Cette solution permet de profiter de hautes performances, avec un équipement à la pointe de la technologie et une capacité extensible, pour un coût défiant toute concurrence. Ainsi, les équipes peuvent gagner du temps et accroître leur productivité.

OVHcloud à la conquête du monde

En octobre 2019, pour célébrer son 20ème anniversaire, OVH a annoncé son changement de nom. Désormais, la firme s’appelle OVHcloud.

Le principal objectif de ce changement est de refléter le fait que le Cloud est désormais une priorité pour la firme française. Ce n’est pas surprenant, puisque le Cloud représente désormais 70% de ses revenus.

Par ailleurs, ce nouveau branding vise à faciliter sa percée sur le marché monde. Après avoir conquis la France et l’Europe, OVHcloud compte en effet s’étendre à l’internationale.

Selon le CEO, Michel Paulin, les atouts de la firme dans cette quête sont la simplicité et la transparence de ses solutions. Elle se distingue aussi par la simplicité offerte aux clients pour extraire leurs données du nuage et mettre en place des stratégies multi-cloud grâce à la réversibilité.

OVHCloud en Inde

En 2017, OVHCloud est entré sur le marché indien avec l’acquisition de VMware vCloud Air. A présent, la firme française souhaite étendre sa présence dans le pays.

L’Inde représente en effet le principal marché d’OVHCloud dans la région APAC en termes de revenus et de clientèle. Sa base de clients a augmenté de 60% au second semestre 2020 par rapport au premier.

En 2019, l’entreprise a lancé un programme de startups et de partenaires en Inde et a également ouvert un complexe de R&D à Bangalore. OVHCloud aide ses clients indiens à s’étendre mondialement, et souhaite maintenant déployer une stratégie ” go-to-market ” locale.

Un nouveau centre devrait ouvrir ses portes à Mumbai d’ici la fin de l’année 2020. L’entreprise continuera ensuite à investir pour renforcer son réseau.

Selon IDC, alors que l’Inde est le second pays le plus peuplé du monde, OVHCloud est aujourd’hui la seule entreprise européenne parmi les huit principaux fournisseurs de Cloud public sur ce vaste marché…

OVHCloud et le Cloud de confiance européen

Récemment interviewé par L’Usine Nouvelle, le fondateur d’OVH, Octave Klaba, a expliqué sa volonté de développer un écosystème européen du numérique capable de rivaliser avec les géants du GAFAM.

A ses yeux, les entreprises européennes qui se tournent vers Google ou Amazon n’ont pas conscience des risques liés à la loi américaine du Cloud Act qui oblige les fournisseurs à délivrer les données sur demande du gouvernement.

C’est la raison pour laquelle OVHcloud souhaite incarner une alternative respectueuse des valeurs de confiance, de transparence, de réversibilité et de respect des données personnelles chères aux européens.

Aux côtés de Dassault Systèmes, OVH a d’ailleurs été chargé par le ministre français de l’économie Bruno Le Maire de définir un « Cloud de confiance ». Sa mission est de définir un cahier des charges et de développer des offres adaptées aux données critiques, aux données sensibles et aux données non sensibles. Les recommandations devraient être remises au gouvernement avant la fin de l’année 2019.

La responsabilité au cœur de ses valeurs

Pour aller encore plus loin dans la transparence et la confiance, OVH a rejoint au début de l’année 2020 l’association Point de Contact. Le leader européen du Cloud entend ainsi renforcer son engagement dans la lutte contre les continus illégaux et préjudiciables. L’entreprise pourra alors bénéficier des experts de l’association pour une meilleure qualification des contenus signalés.

Cette adhésion à l’association Point de Contact devrait permettre à OVHcloud de réagir plus rapidement. Afin de protéger toutes les parties prenantes, les signalements seront traités plus rapidement. En outre, les clients seront mieux intégrés dans la lutte contre les contenus prohibés.

OVH acquiert OpenIO pour renforcer son service de stockage objet

En juillet 2020, OVHcloud a annoncé l’acquisition d’OpenIO pour un montant tenu secret. Cette entreprise est spécialisée dans le stockage objet rapide. Son logiciel de stockage objet présente l’avantage d’être hautement scalable, open source et ” hardware agnostic “.

Depuis sa fondation en 2015, OpenIO a levé près de 5 millions de dollars de fonds. Elle rassemble aujourd’hui plus de 30 employés et compte plus de 40 clients.

Suite à cette acquisition, le CEO d’OpenIO, Laurent Denel, précise que toutes les technologies utilisées pour la solution Object Storage resteront open-source. Il s’agit selon lui d’une ” valeur essentielle, commune à OpenIO et OVHcloud “. Par le passé, les deux entreprises ont contribué au développement du projet Switch apportant le stockage objet à Openstack.

Grâce à la technologie d’OpenIO, OVHcloud pourra répondre à la forte demande des entreprises en matière de performances pour le stockage de données. Cette acquisition va permettre de développer un service hautement scalable de stockage objet à un prix attractif.

OVH participe au projet de Cloud européen Gaia-X

Avec le projet Gaia-X, initié par l’Allemagne et la France, l’Europe compte s’émanciper des géants américains et chinois et reprendre sa souveraineté numérique en développant son propre écosystème Cloud.

L’objectif de ce groupement, dont le lancement officiel a eu lieu le 4 juin 2020, est notamment la construction d’une ” infrastructure sécurisée de données en réseau “. Le projet réunit des fournisseurs de Cloud, des institutions et des utilisateurs.

Ce ” métacloud ” européen prendra d’abord la forme d’un référentiel de choix en termes de localisations de données, de certifications et de type de services. Puis, il se matérialisera par un catalogue de solutions validées et sécurisées en constante évolution.

Parmi les 24 membres fondateurs de cette association basée en Belgique, on compte OVHcloud aux côtés d’autres Français tels que Atos, Docaposte, EDF, Safran Orange, Outscale et Scaleway. Ils côtoient les géants allemands tels que Deutsche Telekom, SAP, Siemens, BMW et Bosch.

OVHCloud et Google Cloud : des solutions Cloud hybride pour l’Europe

En novembre 2020, OVHcloud et Google Cloud ont annoncé un partenariat stratégique. L’ambition est de créer une solution Cloud européenne permettant d’accélérer la transition numérique des entreprises.

Les organisations européennes pourront ainsi passer plus rapidement au Cloud, et répondre aux exigences en termes de sécurité des données et de confidentialité lors du déploiement d’applications ” cloud-native “.

La nouvelle offre de Cloud privé hébergé reposera sur la technologie Anthos de Google et l’infrastructure OVH. Ainsi, ce cloud privé sera exploité et géré en Europe par les équipes OVHcloud mais profitera de la technologie Google.

Ce partenariat s’étendra dans le futur avec davantage de solutions conjointes à destination des entreprises européennes. Pour Google Cloud, c’est aussi une manière d’étendre sa présence en Europe

OVH obtient la certification SecNumCloud pour son Cloud privé, l’une des plus exigeantes d’Europe

La certification SecNumCloud est très prisée par les fournisseurs de Cloud, mais aussi très difficile à obtenir. En janvier 2021, OVH annonce avoir acquis cette certification auprès de l’ANSSI (l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information). La firme rejoint donc la liste très restreinte des fournisseurs agréés, tels que 3DS Outscale (le Cloud de Dassault) et Orange.

Plus précisément, ce titre est accordé à l’offre de Cloud privé HostedPrivate Cloud du fournisseur. Il s’agit d’une solution d’IaaS basée sur la technologie VMware.

Suite à cette certification SecNumCloud, les entreprises et organisations aux activités sensibles pourront s’en remettre à OVH. Il en va de même pour les organisations classées Opérateur d’importance vitale (OIV), Opérateurs de services essentiels (OSE), ou Fournisseurs de services numériques (FSN).

Selon Julien Levrard, RSSI d’OVHcloud, cette certification est ” l’aboutissement d’une montée en maturité de 10 ans ” de l’offre de Cloud privé de la firme française.

Elle est à attribuer à plusieurs facteurs, dont ” une maîtrise en profondeur de la sécurité de la plateforme, une structure de gestion des plans d’action de sécurisation éprouvée, des systèmes conçus pour garantir à nos clients la localisation de leurs données… le tout encadré par une équipe d’experts hautement qualifiée “.

Par ailleurs, toujours selon le RSSI, le niveau d’exigence de la qualification a amené OVH à “ placer la barre encore plus haut pour proposer un service de confiance, et accessible au plus grand nombre grâce à notre approche industrielle “.

Ainsi, les dispositifs de sécurisation et d’isolation renforcés hébergeant les services HostedPrivate Cloud sont situés dans les deux nouveaux Data Centers d’OVHcloud, à Roubaix et à Strasbourg. Des procédures de sécurité physique et organisationnelle extrêmement strictes ont été mises en place pour se conformer au référentiel de l’ANSSI…

Concrètement, cela signifie que les clients profiteront d’une résistance aux cyberattaques grâce à des systèmes dédiés et isolés aussi bien physiquement que logiquement des autres services OVHCloud. Ils bénéficieront aussi d’une faculté à identifier et à maîtriser les menaces grâce à un périmètre dédié et à un niveau de support personnalisé.

Des garanties contractuelles sont également délivrées concernant la confidentialité et la protection des données. Seule une partie du personnel OVHCloud européen aura accès aux données, et celles-ci ne pourront en aucun cas être transférées en dehors de l’UE…

OVH entame sa démarche pour une introduction en bourse à Paris

Par cette approche, la société vise à accélérer son essor international pour concurrencer notamment les géants des services cloud comme Google Cloud, Azure et AWS.

Ce fournisseur a réussi à obtenir une approbation pour son document de référence. Cette étape permet de passer à la phase d’introduction en bourse auprès de l’AMF  (Autorité du marché financier). La société a indiqué dans son communiqué que son objectif principal est de réunir 400 millions d’euros en émettant de nouvelles actions durant l’opération.

Cette action est soumise notamment à l’approbation d’un prospectus par l’AMF. Elle doit permettre une admission aux négociations des actions sur de secteur, et à des critères économiques favorables. Wall Street Journal rapporte que l’opération va valoriser OVH à un montant d’environ 4 milliards d’euros.

Pour OVH, cette entrée en bourse lui garantirait une trajectoire de développement accéléré et durable que ce soit en Europe ou dans le reste du monde. D’ailleurs, ce marché du cloud est estimé en 2020 à 120 milliards d’euros et dominé par de nombreux acteurs. Elle compte notamment soutenir par cette levée de fonds son déploiement en Asie et en Amérique du Nord.

L’entreprise annonce en outre que sa tendance à assurer une expansion importante, solide et rentable a été démontrée. En effet, son taux de progression annuel des revenus a été supérieur à 20 % au cours des dix dernières années.

OVHcloud rejoint l’Open Invention Network en soutien au mouvement Open Source

Fin 2020, OVHcloud a rejoint l’Open Invention Network (OIN). Ce réseau soutient le mouvement du logiciel Open Source et la liberté d’action sur Linux.

Fondée par Google, IBM, NEC, Philips, Sony, SUSE et Toyota, cette communauté compte plus de 3300 membres. Elle détient et partage plus de 1300 brevets et applications.

Avec son portefeuille de brevets Linux System, actuel et futur, OVHcloud vient étoffer l’OIN. L’objectif ? Promouvoir l’innovation ouverte et préserver la communauté Open Source.

En effet, OVHcloud a toujours considéré l’ouverture comme essentielle à l’innovation dans le domaine du Cloud. Selon son co-fondateur Miroslaw Klaba, la firme cherche à développer un nuage ouvert, permettant à chacun d’innover de façon libre et sécurisée.

Comme l’explique Keith Bergelt, CEO de l’Open Invention Network, il s’agit aussi d’une façon de se protéger contre les ” entités de revendication de brevets ” (aussi surnommés ” trolls de brevets “) de plus en plus agressifs à l’ère du Cloud…

Incendie d’un Data Center OVH, des millions de sites web en panne

Le mercredi 10 mars 2021, OVH a été frappé par une catastrophe. Peu après minuit, SGB2, l’un des quatre Data Centers de Strasbourg de la firme a été ravagé par les flammes. Un second centre, SGB1, a également été endommagé.

Malgré l’intervention immédiate d’une centaine de pompiers, le feu n’a pu être maîtrisé à temps. Par conséquent, près de 3,6 millions de sites web hébergés par le fournisseur français sont tombés en panne : boutiques en ligne, banques, sites d’actualité, plateformes d’échange de cryptomonnaie…

Même des sites web de gouvernements ont été impactés. Ceci concerne la France, mais aussi la Grande-Bretagne, la Pologne et la Côte d’Ivoire. Le site web du Centre Pompidou était également hébergé chez OVH. Au total, 2% des sites web français ” .fr ” seraient affectés.

Le site de jeu d’échecs Lichess.org a perdu 24 heures d’historique de jeu. Le jeu vidéo Rust, dont les 25 serveurs européens étaient chez OVH, annonce que certaines données ne seront jamais récupérées.

D’autres entreprises ont perdu l’accès à leurs boîtes email, à l’instar de l’agence Caroline Charles Communication privée de son courrier en pleine Paris Fashion Week. Un fournisseur d’accès internet africain, AFR-IX, est totalement en panne.

Selon Kaspersky, même les cybercriminels ont été impactés. Des serveurs de commande et contrôle de malwares ont disparu dans l’incendie. C’est le cas des serveurs de Charming Kitten, APT39, Bahamut ou OceanLotus.

Selon le CEO d’OVHCloud, Octave Klaba, l’objectif pour les deux prochaines semaines est de reconstruire l’équipement des centres et de vérifier leurs connexions optiques.

Des serveurs de remplacements sont en cours de fabrication à l’usine de Roubaix et seront déployés aussi vite que possible. Plus de 2500 serveurs pourraient être produits en une semaine, et 10 000 serveurs en un mois.

La cause de l’incendie reste à déterminer. Toutefois, les caméras thermiques utilisées par les pompiers lors de leur arrivée sur les lieux ont révélé des feux dans les systèmes d’alimentation sans interruption UPS7 et UPS8.

Or, UPS7 avait subi une opération de maintenance la veille de la catastrophe. De nombreuses pièces avaient été changées par le fournisseur et le système avait été redémarré dans l’après-midi.

Il est donc fort possible que l’incendie soit parti de ce système. Toutefois, Octave Klaba assure que les données seront extraites des 300 caméras présentes sur site afin de mieux comprendre l’origine du désastre.

Deux jours auparavant, ironiquement, OVH annonçait son intention d’entrer en bourse. Suite à cet incident désastreux, la réputation et la crédibilité du Français risquent d’être compromises. Un réel coup dur alors que la firme s’est fixé pour objectif de concurrencer Amazon, Google ou Microsoft sur le marché du Cloud…

Incendie du Data Center de Strasbourg : aucune donnée de l’État français n’a été perdue

En mars 2021, les flammes ont ravagé le Data Center OVH de Strasbourg. L’un des quatre centres avait été entièrement détruit, et un second partiellement touché. De nombreux sites web avaient alors été rendus temporairement inaccessibles. Entre 12 000 et 16 000 clients ont été impactés, soit un total de 120 000 services.

Les entreprises privées n’étaient pas les seules victimes, et certaines institutions publiques ont aussi été impactées. La plateforme d’accès aux données publiques ” data.gouv.fr ” avait notamment subi des perturbations. Au total, une vingtaine d’applications avaient été suspendues pendant quelques minutes ou quelques heures.

Quelques mois plus tard, toutefois, en septembre 2021, lors d’une visite ministérielle d’Agnès Pannier-Runacher sur le site de Croix (Nord), OVH confirme que les services de l’État n’ont perdu ” aucune donnée lors de l’incendie. Selon le directeur général d’OVHCloud, Michel Paulin, ” l’État s’était doté de mécanismes qu’on appelle +plans de reprise d’activité+ extrêmement performants “. Ces mécanismes de sauvegarde ont permis de conserver les données malgré le sinistre.

Les clients n’ayant pas tous les mêmes politiques de sauvegarde, OVHcloud avoue cependant ” ne pas disposer ” de chiffres sur le nombre de clients ayant perdu des données définitivement.

Dans le cadre de cette visite, la ministre Agnès Pannier-Runacher a “ salué le travail ” d’OVHcloud qui emploie plus de 2500 personnes et exploite 33 Data Centers. Ce groupe est ” aussi un industriel ” puisqu’il conçoit et fabrique lui-même ses serveurs dans ses deux usines à Croix et au Québec.

Le Français parvient à se hisser parmi ” les dix premiers acteurs mondiaux ” du Cloud, et rivalise avec les GAFA américains et de grands acteurs chinois. La ministre en a profité pour rappeler que l’État travaille sur ” une stratégie de Cloud souverain porté au niveau européen “, et que ” le cloud, c’est un élément potentiel de notre souveraineté “.

Octave Klaba rachète Shadow, le service de Cloud Gaming français

Parmi plusieurs candidatures, le Tribunal de Commerce de Paris a retenu celle d’Octave Klaba pour racheter le service de Cloud Gaming Shadow. Le fondateur d’OVHCloud vient d’acquérir la startup Blade et son service Shadow par le biais de son fonds d’investissement Jezby Ventures.

Si vous n’en avez jamais entendu parler, Shadow est un service de Cloud Gaming. Le concept : permettre aux ” gamers ” de jouer aux jeux vidéo sur n’importe quel écran connecté à internet, via le Cloud. Les utilisateurs n’ont qu’à payer un abonnement mensuel pour accéder à un puissant PC hébergé dans un Data Center.

Il est possible de se connecter à ce PC depuis un ordinateur, un smartphone, une tablette ou une smart TV. Les images sont diffusées sur l’écran en streaming, et les commandes entrées par le jour sont transmises au serveur.

Il existe déjà plusieurs services de Cloud Gaming comme Google Stadia, Amazon Luna ou Nvidia GeForce Now. Toutefois, Shadow se distingue en ouvrant l’accès à un PC complet via le Cloud. Ce service ne se limite pas au gaming, comme c’est le cas chez la concurrence. Les utilisateurs profitent d’une instance Windows 10 complète et peuvent lancer n’importe quel logiciel.

Très prometteuse, la startup Blade a levé plus de 100 millions de dollars depuis sa fondation au fil de plusieurs levées de fonds. Malheureusement, elle n’a pas réussi à suivre le rythme des précommandes et n’a pas non plus généré assez de revenus pour atteindre son seuil de rentabilité. Malgré ses 100 000 utilisateurs, l’entreprise a frôlé la faillite.

Plusieurs repreneurs potentiels ont participé aux enchères. Le CTO de Blade, Jean-Baptiste Kempf, a lui-même proposé une offre aux côtés d’autres employés. C’est finalement la proposition d’Octave Klaba qui a été retenue. Ce dernier compte garder tous les employés de Blade, à l’exception de Jean-Baptiste Kempf.

On ignore pour l’instant si des changements seront apportés au tarif du service ou à son fonctionnement dans les semaines à venir. Quoi qu’il en soit, Octave Klaba annonce sur Twitter vouloir faire de Shadow le meilleur service de Cloud Gaming au monde…

Thales choisit OVHCloud pour héberger sa messagerie chiffrée Citadel Team

Dans le contexte de télétravail généralisé par la crise sanitaire, les cyberattaques contre les employés en ” home office ” se multiplient. Selon l’ANSSI, leur nombre a été multiplié par quatre en 2020 par rapport à 2019.

Ce phénomène n’a fait qu’accroître la demande pour une sécurisation du partage de données et des applications de communication. Dans ce contexte, Thales a choisi OVHCloud pour héberger son service de messagerie chiffrée Citadel Team.

Les deux firmes françaises vont joindre leurs forces pour délivrer un hébergement de données souverain. Ainsi, les données seront protégées aussi bien au repos qu’en transit. Cette solution sera donc désormais sécurisée de bout en bout.

Déjà adopté par un tiers des entreprises du CAC 40, Citadel Team utilise le même système de chiffrement que 50 pays de l’OTAN. Ce service garantit aux utilisateurs que leurs données ne seront pas utilisées ou vendues à des tiers. Il a récemment reçu le label ” cybersécurité 2021 “. Avec OVH comme hébergeur, c’est aussi la certitude que les données resteront stockées en France.

Outre son service de messagerie chiffrée, Citadel Team délivre aussi des fonctionnalités de conférence vidéo, d’appels de groupe et de partage d’écran pour simplifier la collaboration. Cette plateforme est disponible gratuitement, et de nouvelles fonctionnalités seront ajoutées au fil du temps pour offrir aux professionnels une solution de communication tout-en-un sans avoir à sacrifier la sécurité ou l’usage de leurs données.

OVH : la sauvegarde des données désormais gratuite

Alors que l’incendie de ses datacenters de Strasbourg en mars avait mis à genoux une grande partie du web français reste encore dans les mémoires, OVH tente de rattraper le tir. Pour rappel, certains clients de la firme avaient totalement perdu leurs données lors de l’incident, si d’autres ont juste dû patienter quelques jours pour accéder à leurs sites.

Dans une interview sur BFMTV, le PDG de l’entreprise, Octave Klaba, a donc annoncé la gratuité de la sauvegarde des données, et ce, pour l’ensemble des clients.

De fait, il s’agit d’une réelle surprise, puisque ce type de service est d’habitude payant. A l’antenne, Octave Klaba estime que le reste de l’industrie devrait normalement suivre les pas de sa société et offrir également ce service à leurs propres clientèles.

Pour ce nouveau défi, OVH se donne visiblement les moyens à la hauteur de ses ambitions. En effet, la firme ouvrira dans la région parisienne plusieurs datacenters. Ces derniers serviront uniquement à la sauvegarde des données. 

De plus, afin d’éviter qu’une autre catastrophe industrielle ne se produise, l’entreprise annonce également revoir toutes ses normes relatives à la construction de ses datacenters.

https://twitter.com/bfmbusiness/status/1397077159643131905

Cet article OVH : tout savoir sur le géant français du Cloud Computing a été publié sur LeBigData.fr.


Lire cette source depuis LeBigData.fr

Commentaires clos pour le moment